sommaire

 Administration
 Bureau
 Statuts
 Règlement intérieur
 Adhésion
 Vie associative
 Le Press-Book
 Cellule base de données
 Cellule photos

 Discussions
 Les Forums
 Chat Rossolis
 Articles
 Proposer un article
 Liste des articles
 Fouiller les archives
 Base de données
 Compte-Rendus
 Bdd visiteurs
 Album photo
 Visites virtuelles
 Taxonomie
 Liens & download
 Banque de photos
 Téléchargements
 Annuaire de liens
 Exclusivité Rossolis
 Cartes de voeux
 Informations
 Calendrier
 Contact
 Recommandez nous
 Statistiques
 Recherches
 Journal des membres
 Espace perso
 Votre Compte
 Petites annonces
 Les Blogs
photo du jour

recherches


espace detente
Les jeux carnivores :
Le pendu
Puzzles glissants

Non carnivore mais conservé suite à vos demandes :

Un grand classique

 
Nepenthes sanguinea
Transmis par baloovince le 31 octobre 2008 à 23:20:32 CET
Nepenthes

A présent et afin de satisfaire les plus exigeants d’entre vous, je vais ici m’attacher à donner quelques indications sur Nepenthes sanguinea. Vous pourrez toujours vous appuyer sur cette fiche de présentation afin de vous guider dans la culture de votre N. sanguinea « Black Beauty »
 

CARTE D’IDENTITE

                      Famille : NEPENTHACEAE.
                      Genre :
Nepenthes.
                      Espèce :
sanguinea.
                      Sexe :
dioïque (mâle ou femelle).
                      Lieu de naissance :
Asie du Sud Est, péninsule de Malaisie.
                      Milieu :
terrestre, parfois épiphyte.
                      N
ature du sol : léger, aéré, humide acide et sablonneux. 


Le nom sanguinea dérive du latin sanguineus, qui signifie rouge sang et fait écho à la couleur rouge sombre des urnes de la plante. 
 
A noter que cette espèce présente un fort polymorphisme suivant les variétés considérées. Les ascidies varient en taille (de 10 à 30 cm) et en coloration. 

En effet, on peut trouver des formes noires, violettes, ou de couleurs intermédiaires. Mais il existe également des formes se parant d’une gamme de couleurs allant du vert jaune au rouge orangé, voir marron sombre (forme « noire »). 
L’intérieure des urnes est généralement mouchetée avec les couleurs mentionnées plus haut. Précisons encore qu’il existe une différence morphologique très marquée entre les urnes supérieures et inférieures.

 N. sanguinea bien que très répandu en Malaisie, peut se retrouver à Singapoure, Sumatra, Bornéo, et en Nouvelle-Guinée. 

 
Il entre dans la catégorie des « highland » ou nepenthes de montagne puisqu’il croît en général à des altitudes comprises entre 900 et 1800 mètres. Il habite fréquemment en zone pentue, accroché à flanc de montagne au milieu d’une végétation assez ouverte.

Néanmoins, cette espèce est assez tolérante et des périodes de quelques mois à des températures élevées ou plus basses (de façon  prolongée) ne nuisent pas à son développement. Sa croissance est relativement rapide, et l’étape « je grimpe » (= croissance en liane) est rapidement atteinte.

En somme, ce Nepenthes peut tout à fait ce cultiver derrière une fenêtre jouissant d’une bonne exposition lumineuse. Pour toutes ces raisons, il fait une excellente espèce pour les débutants qui veulent « faire leurs armes » en taquinant du Nep.

 

 

 

 


Cependant, N.sanguinea appréciera une température d’environ 25°C en journée, et des conditions plus fraîches la nuit autour de 15°C.

Il conviendra donc d’obtenir une baisse des températures nocturnes soit en utilisant un terrarium réfrigéré (pour les plus chanceux d’entre nous !), soit en chauffant une serre ou une véranda en hiver (là les parents risquent de voir rouge…). 

Comme bon nombre de ses congénères, il appréciera 10 à 12h d’intense luminosité. Concernant l’hygrométrie, elle devra être élevée, aux alentours de 90 % néanmoins l’espèce tolère des chutes à 70 %.

 

 

 

 

 

Comme beaucoup d’espèce du genre, la plante apprécie un substrat très drainant. Celui-ci pourra se composer de 50% de sphaigne du Chili + des allégeants types fibre de coco, vermiculite, perlite, voire adjonction de pouzzolane en petite quantité.

 Exemple de mélanges pouvant être utilisés :

- 80% de sphagnum, 20% perlite.
- 70% de sphagnum, 10% perlite, 10% vermiculite.
-  à noter que certains cultivent en 100% minéral. 

En somme à vous d’adapter et de tester différentes formules, l’expérimentation est sans doute le meilleur moyen de créer un mélange correspondant le mieux avec vos conditions de culture. 

Signalons également pour les mélanges à base de sphaigne, qu’un surfaçage réalisé à partir de sphaigne vivante peut s’avérer fort utile, notamment pour améliorer l’esthétique globale, augmenter l’hygrométrie au voisinage direct de la plante, et minimiser l’impact de certaines maladies (n’oublions pas les vertus anti-fongiques et anti-bactériennes de la sphaigne !). 

 

 

 

 

 
Les attaques de nuisibles sont rares, et pour cause le feuillage est relativement coriace ! Il semble toutefois, que certaines attaques de pucerons et d’araignées rouges aient été signalées. Cela étant je pense que ces cas restent anecdotiques et laissent apparaître quelques failles dans les conditions de culture mises en pratique par leurs propriétaires….  

La multiplication de ce genre se fait essentiellement par bouturage. Les Nepenthes étant des plantes dioïques (ils ne portent en effet que des fleurs mâles ou femelles), l’obtention de graines est donc difficile si vous ne possédez pas plusieurs spécimens dans votre collection. De façon communément admise, le bouturage pourra s’effectuer dès que la plante s’érigera en liane et produira des rejets à sa base.

 Néanmoins pour les plus vernis, qui ont la chance de célébrer l’union entre deux espèces du genre et ce, sous la haute bienveillance de dame Nature,  des semis pourront être envisagés.  
 
 

Pour cela, disposez les graines à la surface d’un substrat composé de 50% de tourbe et 50% de vermiculite (pour le mélange Cf plus haut, à vous d’élaborer le votre en fonction des résultats observés, une germination dans de la sphaigne pure est possible aussi), le tout placé dans une boîte transparente (les boîtes à bonbon font très bien l’affaire) fermée afin d’obtenir une hygrométrie proche de 100%. Ensuite votre « incubateur », devra être placé près d’une source de lumière (naturelle ou artificielle), à 25°C et ce jusqu’à l’apparition des premières levées…qui peuvent prendre quelques mois à une année complète. Au fur et à mesure de la pousse, entrouvrez le couvercle progressivement, ceci afin de limiter le stress de la plante suite à une variation trop drastique de l’hygrométrie.  
     
Ne vous découragez pas et n’abandonnez pas, même si votre première expérience de germination s’est soldée par un échec. La culture est une activité qui réclame persévérance et patience !

 Certains préconisent un traitement préventif des semences avec un fongicide, ceci afin de limiter le phénomène de « fonte des semis ». A vous de juger.

 Voilà en espérant que cet article vous aura éclairé et convaincu de tenter, vous aussi, votre chance.  

A bientôt. 
 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 Texte et photos: Vincent Erard (Baloovince) toute reproduction interdite sans l'accord de l'auteur

 Biblio

http://www.rarexoticseeds.com
wikipedia
Forum carnivore
Fiche de culture Dionée

 

 

 

 


lecture(s)
 
identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Pour devenir :
Membre de Rossolis !
Visiteur enregistré
liens connexes
· Plus à propos de Nepenthes
· Nouvelles transmises par baloovince


L'article le plus lu à propos de Nepenthes:
La culture des Nepenthes en milieu sec

notez l article
Note actuelle: 5
Votes: 2


Merci de prendre une seconde pour voter pour cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Mauvais

options

 Format imprimable Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)