sommaire

 Administration
 Bureau
 Statuts
 Règlement intérieur
 Adhésion
 Vie associative
 Le Press-Book
 Cellule base de données
 Cellule photos

 Discussions
 Les Forums
 Chat Rossolis
 Articles
 Proposer un article
 Liste des articles
 Fouiller les archives
 Base de données
 Compte-Rendus
 Bdd visiteurs
 Album photo
 Visites virtuelles
 Taxonomie
 Liens & download
 Banque de photos
 Téléchargements
 Annuaire de liens
 Exclusivité Rossolis
 Cartes de voeux
 Informations
 Calendrier
 Contact
 Recommandez nous
 Statistiques
 Recherches
 Journal des membres
 Espace perso
 Votre Compte
 Petites annonces
 Les Blogs
photo du jour

recherches


espace detente
Les jeux carnivores :
Le pendu
Puzzles glissants

Non carnivore mais conservé suite à vos demandes :

Un grand classique

 
Un Ibicella lutea géant dans mon jardin
Transmis par lionel le 15 octobre 2005 à 00:00:00 CEST
Ibicella
        Ibicella lutea appartient à la famille des martyniacées et ai originaire du continent américain.
En 1875 W. J. Beal avait émis l'hypothèse que cette étrange plante pouvait entretenir des moeurs carnivores. En 1916 Mameli étudie Ibicella et démontre la capture et la digestion des proies. Le nom dérive du latin Ibex signifiant « bouquetin » et Cella signifiant « partie » allusion au fruit de la plante rappelant par sa forme un ongle de sabot.
Les feuilles de la plante sont couvertes de cils glanduleux qui dégagent une odeur abominable de viande défraîchie, lorsqu'on la touche. Ceux-ci capturent essentiellement des insectes ailés de taille très variable, allant du moucheron au cousin.

Cette plante étonnante est cultivable à l'extérieur pendant la période estivale et peut être utilisée comme anti-parasite biologique. Personnellement, je la place en bout de plat de bande et elle protège mes cultures de tomates des pucerons.




Vue de la plante en début de saison


L'Ibicella est très tolérante et se plait dans différents substrats riches ou pauvres, en nutriments minéraux. Je l'installe au printemps vers le mois de mai en pleine terre, après les Saintes Glaces , sans modification du sol. La plante grandit très rapidement en se ramifiant. Vers le mois de juin débute la floraison qui se poursuivra jusqu'à fin septembre, plus de 60 fleurs s'épanouiront durant la saison et le tiers fructifira.


 
Trois hampes florales et déjà près de 20 feuilles


Les fruits n'apparaissent que tardivement vers début juillet. Les fleurs semblent non-fertiles avant cette période et tombent au bout de deux à trois jours d'épanouissement. Il est tout à fait possible que la fertilité soit inféodée à la température puisque la fructification s'arrête mi septembre bien que de nouvelles fleurs s'ouvrent chaque jour. Je suppose que la chaleur doit jouer pour la fertilité de la fleur.



Quelques fruits en courts de maturation


Les couleurs de fleurs de martinyacées sont très différentes et vont du blanc au jaune en passant par plusieurs variantes de rose. L'Ibicelle a de belles fleurs jaune soutenu en fore de trompette. La surface latérale de la fleur est recouverte de cils glanduleux semblables à ceux des feuilles.




Vue de face des ornementations de la
fleur d'Ibicella


Les fruits sont en forme de grande griffe allongée dont les deux membres se séparent à maturité vers octobre. Une chaire épaisse recouvre la partie dure du fruit qui n'apparaîtra qu'en fin de saison. Une infructescence peut supporter une dizaine de fruits, à plusieurs stades de maturité.


Infructescence portant de jeunes fruits


Le piège de la plante comprend, en haute saison, près d'une quarantaine de feuilles de 10 à 25 cm de diamètre. Une même plante peut développer ainsi entre 1 et 2 m2 de surface de capture. Les cils recouvrent les feuilles et les tiges tel un duvet.



Zoom sur une zone de capture en cours de formation


Les insectes s'enlisent dans la glue et meurent d'épuisement au bout de quelques mimutes à quelques heures. Une même feuille peut être recouverte de plusieurs centaines d'insectes.



Détail d'une fleur et des proies capturées

Octobre approche et sonne l'heure de la récolte. La plante a produit près de 30 fruits matures qui renferment chacun plus de 100 graines noires et rugueuses. Les fruits sont entreposés dans un lieu frais et sec jusqu'à dessication, les graines y sont retirées à l'usage.


De belles gousses encore fraîches cueillies lors qu'une réunion de Rossolis





Présentation à Fabrice et à Gérald de la plante (en pleine nuit)!






Un fruit qui porte bien son nom de griffe du diable!! Au centre, graines d'Ibicella et ses ornementations




Texte: Lionel Léopoldès, toute reproduction interdite sans l'accord de l'auteur
Photo: Gérald Bach,
toute reproduction interdite sans l'accord de l'auteur

lecture(s)
 
identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Pour devenir :
Membre de Rossolis !
Visiteur enregistré
liens connexes
· Plus à propos de Ibicella
· Nouvelles transmises par lionel


L'article le plus lu à propos de Ibicella:
Un Ibicella lutea géant dans mon jardin

notez l article
Note actuelle: 4.83
Votes: 24


Merci de prendre une seconde pour voter pour cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Mauvais

options

 Format imprimable Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e) Envoyer cet article à un(e) ami(e)